Paulilles, l’explosion des sens…

Je me souviens de mes pas de jeune aventurière, adolescente, imprudente…

lorsque je rentrais dans cette ancienne dynamiterie implantée par Alfred Nobel en 1870, sur la Côte Vermeille, à Paulilles, un haut lieu de production industrielle, pendant plus d’un siècle… J’aimais y découvrir ce qui se cachait derrière cette végétation luxuriante, cette terre ocre, ces fils de fer barbelés, ces ruines… A l’époque de mes explorations, l’usine était fermée et interdite au public !

Des centaines d’ouvriers ont travaillé, vécu en complète autarcie sur ce site atypique : usine, école, logements, infirmerie, médecin, potagers… sur cette terre mère, Paulilles était un véritable village, un lieu de travail, de dur labeur, mais aussi d’échanges, d’entraide, d’amour, de fraternité…

Un univers apaisé et apaisant… 

Une fois arrivée, au prix de multiples péripéties (j’exagère, un peu ;-)), je découvrais ce village abandonné, en ruine, niché au creux de 2 criques paradisiaques…

Ainsi commençait la mémoire…

Fermé depuis 1984 et laissé à l’abandon, le site a connu à partir de 2005 un réaménagement spectaculaire par la volonté conjointe du Conservatoire du Littoral et du Département des Pyrénées-Orientales.

Nettoyage, défrichage, réhabilitation, sécurisation du site, réaménagement, tout a été mis en œuvre pour rendre à ce site sa beauté et son caractère unique… Restauration de quelques bâtiments, des vigies, de la mémoire industrielle.

Je reviens, bien des années plus tard (non, je ne vous dirai pas combien…). Je respire, je sens, je ressens. C’est une invitation à la paix, un havre, un voyage…

“Ici, tout est luxe, calme et volupté “

Les anciens veillent sur ce lieu de vert et de bleu. Je baigne dans une dimension « hors temps ».

Ouvert librement au public depuis 2008, Paulilles, qui fête aujourd’hui ses 10 ans et propose un beau programme d’animations, donne l’exemple : un écrin, un joyau, entre Méditerranée et Pyrénées.

Aline, petite fille d’ouvrière…

Elle m’entraîne au “Cap Sud” de Paulilles, me guide “Dans les pas de Jeanne” sa grand-mère, en plein cœur de la production de la dynamite : les premiers ateliers, les bâtiments, la vie de l’usine, renaîssent à travers la voix d’Aline.

La magie opère… 

A côté des vieux bâtiments et des citernes rouillées, navires terrestres échoués pour toujours, vue plongeante sur le Cap Béar, la tour à signaux de la Massane, la grande Bleue…

Une halte à la plage, où les eaux bleu turquoise invitent à la baignade. Un dernier stop à la vigie, ancien château d’eau.

Je me laisse séduire par ce panorama à 360° entre Méditerranée et Pyrénées…

J’emprunte le sentier des sous-bois : chemins cachés, dans lesquels se mêlent fraîcheur, senteurs, silence… et me dirige vers la maison du Directeur (maintenant maison d’accueil, abritant régulièrement des expositions).

Paulilles, à la rencontre d’Aline…

Oubliées la friche, les ruines… Le site classé de l’anse de Paulilles s’est inventé une nouvelle vie !

Crédits photo : Nicolas Castets – Spad Drone et ADT Pyrénées-Orientales

Infos pratiques pour l’organisation de votre séjour :

Bureau d’information Touristique de Port-Vendres

Site classé de l’Anse de Paulilles

Quelques idées d’activités et de visites :

Stand Up Padlle : Paddeling Paradise, Paulilles

Dégustation de vins au Clos de Paulilles

Avis Tripadvisor

Beatrice vignette+ d'infos sur Béa